Commune de Mersch

Le Martinet (l. Leeëndecker, d. Mauersegler) se distingue de l’hirondelle par ses ailes en forme de faucille, une coloration plus foncée à l’exception de la gorge et un corps plus effilé et plus grand. Sa vitesse en fait l'un des animaux les plus rapides. Il peut atteindre des vitesses de 200 km/h sur de courtes distances et passe sa vie entière dans les airs. Il ne se trouve à terre que par accident et, bien sûr, l'été pour couver.

 

Le martinet noir se nourrit d’insectes qu'il recueille dans les airs jusqu’à une hauteur de 100 m. Si les conditions météorologiques ne permettent pas une alimentation suffisante, le martinet peut changer de région. Il dort en volant en groupe. Les martinets construisent leur nid dans des fentes et trous de murs et se voient le plus souvent dans les villes et les villages. Ils sont en général fidèles à leur nid qu'ils réutilisent chaque année.

 

Comme pour les hirondelles et de nombreuses autres espèces insectivores, les populations du martinet noir s’effondrent depuis quelques décennies. En effet, les constructions urbaines modernes offrent de moins en moins de sites de nidification favorables à cette espèce (dessous de toit, trous entre les pierres). En plus, l’utilisation de biocides réduit le nombre d’insectes et donc les ressources alimentaires pour cette espèce insectivore.

 

Pour sauvegarder le Martinet dans notre région, la Commune de Mersch et le SICONA ont aménagé des lieux de nidification sur divers bâtiments, dont le Sprëtzenhaus à Rollingen, il y a quelques années.

 

Cette année, le projet a connu un grand succès: au moins 3 couples ont élevé leurs jeunes dans les nichoirs spéciaux, aménagés sous la corniche. Vers la mi-juillet, les jeunes ont quitté leurs nids et sont prêts pour la migration vers la Méditerrannée et ensuite l’Afrique.

 

Texte: Fernand Schoos         

Photos: Sicona